Job Coach > Que faut-il pour faire carrière dans l’informatique?

Que faut-il pour faire carrière dans l’informatique?

En Suisse, il existe de nombreuses possibilités de trouver des emplois bien payés dans l’informatique. Mais quelles sont les attentes des entreprises vis-à-vis des jeunes professionnel/le/s dans le domaine? Nous vous expliquons ce que les employeurs attendent de vous.

Un article de notre auteur invité Bernhard Bircher-Suits

Tous groupes professionnels confondus, la Suisse connaît actuellement un manque de personnel accru chez les professionnels de l’ingénierie, de la technique et de l’informatique. C’est ce que montre le Moniteur du marché de l’emploi de l’Université de Zurich. Selon les chiffres de l’association faîtière de l’économie TIC ICTSwitzerland, le nombre de personnes actives augmente deux fois plus vite dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) que dans l’économie dans son ensemble. L’étude TIC 2018 prévoit un manque de 40’000 professionnels des TIC d’ici 2026. 38% des postes TIC à pourvoir concernent le domaine du développement de logiciels. Comme il y a un manque de personnel dans le domaine des TIC, les salaires sont plus attractifs.

Des salaires supérieurs à la moyenne pour le personnel qualifié

Le comparateur de salaires de jobs.ch donne un aperçu des salaires en vigueur dans les différents cantons de Suisse. Ainsi, un informaticien gagne un salaire annuel médian brut de CHF 90’200 francs à Zurich. Dans le canton du Valais, le salaire médian est de CHF 73’200. La moyenne suisse pour les informaticiens âgés de 35 à 45 ans se situe, quant à elle, autour de CHF 100’000. Les données du comparateur de salaires sont basées sur les déclarations de personnes réelles sur jobs.ch. Selon l’Institut d’études économiques de Bâle (IWSB), les personnes avec une formation professionnelle de base dans le domaine des TIC gagnent en moyenne CHF 1’600 de plus par mois qu’une personne avec une autre formation.

Attentes élevées vis-à-vis des apprentis et des jeunes professionnels

Il n’est toutefois pas facile de faire carrière dans une profession TIC bien rémunérée. Les exigences des écoles et des entreprises sont élevées. Par exemple, un apprentissage d’informaticien CFC en quatre ans exige esprit d’équipe, capacité de réflexion logique et abstraite, compréhension rapide, vision dans l’espace, capacité de concentration accrue et persévérance. Les informaticien/ne/s CFC développent, réalisent, installent, testent, exploitent et entretiennent des solutions informatiques. Silvan Arnold, conseiller en orientation à l’Office d’orientation scolaire et professionnelle de Zurich, explique: « Les personnes souhaitant se lancer dans l’informatique doivent être bonnes en sciences naturelles et en anglais. Elles doivent également aimer résoudre des problèmes techniques. Les personnes qui aiment simplement jouer aux jeux vidéo ne trouveront pas leur place dans l’informatique. » Thomas Jeiziner, porte-parole de l’entreprise d’électricité de la ville de Zurich ewz, ajoute: « Il est aussi utile d’acquérir de l’expérience pratique durant ses études et de continuer à se former dans des domaines spécifiques. Par ailleurs, l’expérience dans les travaux de projets est également très utile. »

10 conseils pour bien commencer son apprentissage En savoir plus

Tester ses aptitudes pour les professions TIC

Outre l’apprentissage traditionnel, certains cantons proposent également une formation scolaire sur quatre ans, soit auprès d’écoles cantonales d’informatique soit auprès d’écoles privées. L’offre de formations en informatique très variée est consultable en détail sur la plateforme « ICT formation professionnelle ». Pour quelle profession en lien avec l’informatique êtes-vous fait/e? Faites le test « Analyse du choix de professions ICT ».

Pensée et action interdisciplinaires très importantes pour les emplois dans l’informatique

Quelles compétences sociales (les fameuses soft skills) les entreprises attendent-elles des professionnels TIC? Parmi les soft skills les plus importants, les recruteurs citent, par exemple, le sens de la négociation et le savoir-être. Selon le conseiller en orientation Silvan Arnold, les compétences telles qu’un bon sens de la communication ont fortement gagné en importance dans le domaine de l’informatique. Thomas Jeiziner, de l’entreprise d’électricité de la ville de Zurich ewz, explique: « Nos professionnels ICT doivent trouver leurs marques dans le monde mutable et numérique et apprécier travailler de façon interdisciplinaire. Les idées visionnaires devraient pouvoir être transposées en solutions simples. »

Formation permanente obligatoire

D’après Zerrin Azeri, Associate Director au sein du cabinet de recrutement Robert Half, les départements informatiques ne travailleraient plus de façon isolée, mais de façon étroite avec les autres départements. « Les collaborateurs ICT doivent donc disposer, en plus de leurs capacités techniques, d’esprit d’équipe, de flexibilité et d’une réflexion axée sur les affaires. » Les responsables du personnel porteraient une attention particulière à ces qualités. Zerrin Azeri ajoute: « Les professionnels en reconversion doivent absolument avoir suivi une formation continue adéquate en informatique et montrer de l’intérêt pour le domaine. » Silvan Arnold, de l’Office d’orientation de Zurich précise: « Certaines hautes écoles spécialisées proposent également des cours préparatoires avant de commencer des études en informatique. »

Dirigeants ayant le sens du travail d’équipe recherchés chez Credit Suisse

Heike Schubert, Responsable Experienced & Campus Recruitment Suisse chez Credit Suisse, présentent ainsi les exigences de Credit Suisse envers les jeunes professionnels IT: « Nos jeunes professionnels dans le domaine de l’informatique devraient toujours s’efforcer de contribuer à l’élaboration et au développement de technologies, produits et services innovants. » L’entreprise serait à la recherche de dirigeants ayant le sens du travail en équipe et disposant d’un bon sens de la communication ainsi que des capacités de résolution de problèmes.

Claudia Lips, HR Businesspartner IT auprès des Chemins de fer fédéraux (CFF), ajoute, quant à elle: « Au cours du recrutement, nous recherchons des collègues souhaitant faire bouger la Suisse avec nous et portons attention aussi bien aux connaissances technologiques qu’aux soft skills. En ce qui concerne la collaboration interne, sont particulièrement importants l’orientation clients, la capacité à dispenser des conseils et une approche axée sur les utilisateurs. Dans le domaine de l’autogestion, nous exigeons de la mobilité, de l’ouverture face à la nouveauté et une bonne gestion des incertitudes. »

Enfin, le conseiller en orientation Silvan Arnold insiste sur le fait que l’informatique est un domaine qui nécessite de se perfectionner tous les deux à trois ans afin de suivre le rythme des évolutions. Une carrière dans l’informatique représente donc un défi constant.

Articles similaires

Protection des données : comment se protéger au mieux des escroqueries sur internet
Lettre de recommandation: un atout sous-estimé pour la recherche d’emploi